Les Bateaux Ivres
Le site des petits navires à vapeur de Didier J.
Le Pingouin Le Borodino

 

Le Pingouin - Présentation

Présentation Construction Navigations Evocation Livre

"Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
Enlever leur sillage aux porteurs de cotons,
Ni traverser l'orgueil des drapeaux et des flammes,
Ni nager sous les yeux horribles des pontons
"

Le Bateau Ivre, Arthur Rimbaud

... ou le vrai Bateau Ivre d'Arthur Rimbaud

 

 

« Le Pingouin », aviso à roues de 2ème classe de 300 tonneaux, 55ch, 2 canons, fut construit à Bordeaux en 1884.

L'Aviso "Le Pingouin" en 1884

(Collection personnelle)

Affecté à Obock (nord du golfe de Djibouti) une partie de son équipage fut massacrée à Ambado par les Somaliens en 1886. Repris dans plusieurs journaux cet évènement tragique marqua fortement les esprits. Ci-dessous un extrait du journal "L'Univers Illustré" daté du 4 décembre 1886 sous le titre "Le Massacre de l'équipage du Pingouin" : "Une embarcation, qui avait été faire de l'eau douce à la côte, a été attaquée par les Somalis. Le premier maître commandant l'embarcation et six hommes qui n'étaient pas armés on été massacrés. (...) Le Pingouin est un aviso de flottille commandé par un premier-maître de timonerie. Ce petit bâtiment est aux ordres de M. Lagarde, commandant d'Obock".

 

 

"Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles Les ayant cloués nus aux poteaux de couleur". (Le Bateau Ivre - Arthur Rimbaud)

 

Le navire finit sa carrière comme lazaret dans les années 1910-1920. On peut encore voir son épave dans le port de Djibouti.

"Ô que ma quille éclate ! Ô que j'aille à la mer !"

Photo de gauche : les restes en 2002 du "Pingouin" dans le port de Djibouti. La masse à gauche est vraisemblablement la chaudière. A droite le volant d'inertie ?

(Crédit Prijac. Photo extraite d'une thèse de Mlle Kadra Abdi Absié.)

Photo de droite : ma "revisitation" du Pingouin avec, sous la cabine de veille, la chaudière et des engrenages pour volant...

 

 

Arthur Rimbaud, présent dans la région lors de la campagne du "Pingouin", a certainement connu ce navire qui servit de résidence à Léonce Lagarde gouverneur du territoire d'Obock. Le commerçant Rimbaud se souvint-il alors de ce que, 15 années plus tôt en France, poète-visionnaire adolescent, il écrivit dans son poème "le Bateau Ivre" ? "Je ne me sentais plus guidé par les haleurs : Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles Les ayant cloués nus aux poteaux de couleur". Une prémonition ? C'est du moins ma conviction que j'ai développée dans un livre (libre de droits) que je vous invite à consulter ici.

 

Arthur Rimbaud à l'époque où il écrivit "Le Bateau Ivre" à droite, à la fin de sa vie, sur le golfe d'Aden (Abyssinie)

Ci-dessus adossé contre la chaufferie du Pingouin

 

Trois années de travaux après...

 

Le "Pingouin" devant Obock (1887). Crédit "Journal des Voyages"

Pour une reconstitution "géographique" de la tragédie lire cette page...

Page suivante : la construction